Articole The Green Mile

(1999)

Culoarul Morții

Presa despre film

"Cred ca este cel mai bun film al anului!"
Irina Nistor

"MIRACOLE LA USA MORTII
The Green Mile face parte din acea categorie de filme carora nu poti sa nu le recunosti calitatile — solid, bine facut, excelent jucat —, dar pe care le digeri greu. Poate ca e prea lung (3ore si 9 minute), poate ca e prea dur (3 executii pe scaunul electric plus repetitiile aferente), poate ca vrea sa spuna prea multe.
Primul „responsabil“ pentru aceasta situatie este, Stephen King. El i–a furnizat regizorului–scenarist Frank Darabont un roman in serial (sase parti, fiecare continuind–o pe cealalta) despre o antecamera a mortii, dintr–o inchisoare din Lousiana anilor ’30, unde condamnatii la sentinta capitala isi asteapta rindul la scaunul electric. In acest spatiu inchis se intilnesc cei mai fiorosi criminali cu inocenti condamnati pe nedrept, oameni sanatosi cu altii psihopati, fiinte de o bunatate extrema cu altele de o rautate patologica, toate formind un microcosmos in care normalitatea se vede brusc invadata de supranatural. Pentru ca la un moment dat, printre condamnati, isi face aparitia un negru vizionar si cu puteri magice, un fel de Iisus modern sortit sa plateasca pentru raul din lume.
Un subiect construit pe asemenea extreme nu este lesne de transpus pe ecran astfel incit spectatorul sa accepte amestecul de momente supernaturaliste greu de suportat (de exemplu prajirea unuia dintre condamnati) cu momente suprarealiste de o rizibila candoare (ca de pilda roiul de musculite ce materializeaza raul exorcizat de catre uriasul negru cu puteri miraculoase). Meritul lui Darabont este ca tine in mina acest film dificil respectind cu fidelitate proza cunoscutului pop–horror guru. Singura derogare de la litera maestrului, pe care si–o permite este schimbarea anului cind se petrece actiunea (din 1932 in 1935), pentru ca a vrut cu tot dinadinsul sa citeze o secventa dintr–un film cu Fred Astaire si Ginger Rogers facut in 1935 si care functioneaza perfect in context creind un moment de extrema sensibilitate.
In acest demers ambitios, o contributie remarcabila o are echipa de actori in frunte cu Tom Hanks in rolul gardianului calm, cald si echilibrat care i se potriveste manusa, penmtru care insa n–am inteles de ce a trebuit sa se ingrase atit de mult. Remarcabila este insa compozitia lui Doug Hutchinson in rolul „negativului“ isteric, sadic, las si impertinent.

MIRACLES A LA PORTE DE LA MORT
The Green Mile appartient à cette catégorie de filmd don’t on ne peut ne pas reconnaitre les qualités – solide, bien fait, parfaitement joué – mais qu’on a du mal à digérer. Peut-être est-il trop long (trois heures et neuf minutes), peut-être est-il trop dur (trois exécutions sur la chaise électrique, plus les répétitions préalables), peut-être veut-il dire trop de choses.
Le premier responsable de tout ceci est Stephen King. C’est lui qui a fourni au réalisateur-scénariste Frank Darabont un roman sériel (six parties dont l’action s’enchaine) sur l’antichambre de la mort, dans une prison de la Louisiano des années 30, ou les condamnés à la peine capitale attendent leur tour sur la chaise éléctrique. Se retrouve, dans cet espace clos, des criminels parmi les plus horribles et des innocents injustement condamnés, des gens sains d’esprit et des psychopathes, des êtres d’une bonté extreme et d’autres d’une méchanceté pathologique, tous formant un microcosmos ou la normalité se voit brusquement envahie par le surnaturel. Car, à un certain moment, apparaît, parmi les condamnés, un Noir visionnaire et doué de pouvoirs magiques, sorte de Jésus moderne qui doit payer pour tout le mal du monde.
Un sujet bati sur tels extrêmes n’est pas facile à porter à l’écran de manière à faire accepter, par le spectateur, un mélange de moment supernaturaliste difficilement supportables (come la „friture“ d’un des condamnés) et moments surréalistes d’une candeur risible 9comme l’essaim de moucherons matérialisant le mal exorcisé par le géant noir aux pouvoirs miraculeux). Le mérite de Darabont est de tenir en main ce film dificile, en réspectant fidèlement la prose du gourou pop-horror bien connu. La seule dérogation qu’il se permet par rapport à la lettre du maitre est la modification de l’année ou se déroule l’action (de 1932 à 1935), et ceci parce qu’il a tenu à citer une séquence d’un film de Ginger Rogers et Fred Astaire, tourné en 1935, et qui s’inscrit parfaitement dans le contexte, pour créer un moment d’extrême sensibilité. Dans cette démarche ambitiuese, une contribution remarquable revient à l’équipe d’acteurs, à commencer par Tom Hanks, dans le rôle du gardien calme, chaleureux et équilibré, un role qui lui va à merveille, pour lequel, cepandant, je n’ai pas compris pourquoi il devait tellment grossir. A remarquer également la composition de Doug Hutchinson dans le rôle du „méchant“, hystérique, sadique, lâche et impertinent."
Cristina Corciovescu
(Bucarest Matin 4-6 mai 2001)

Gafe in film Despre productie
jinglebells